Tous les articles par Anaïs Le Fèvre-Berthelot

Jeudi 23 octobre : « ‘The very essence of romance is uncertainty’ : Sérialisation de la tension sexuelle dans Bones » Julie Gueguen (Sorbonne Nouvelle, Paris 3)

Le jeudi 23 octobre à 17h, au Centre Censier (13, rue Santeuil, Paris), salle D13,

   Julie Gueguen, doctorante en civilisation américaine à la Sorbonne
Nouvelle, proposera une réflexion sur :

« ‘The very essence of romance is
uncertainty’: Sérialisation de la tension sexuelle dans Bones »

 

Bones cover

Programme 2014-2015

Les séances du séminaire auront lieu le jeudi de 17h00 à 19h00 au Centre Censier (13, rue Santeuil, 75005 Paris), salle D13.

Jeudi 23 octobre 2014 : Julie Gueguen (Doctorante, Sorbonne Nouvelle) « The very essence of romance is uncertainty »: Sérialisation de la tension sexuelle dans Bones

Jeudi 20 novembre 2014 : Céline Prest (Doctorante, Sorbonne Nouvelle) “Sloppy is a beautiful reader of a newspaper. He do the Police in different voices.” : Charles Dickens et sa communauté de lecteurs.

Jeudi 18 décembre 2014 : Anaïs Le Fèvre-Berthelot (Doctorante, Sorbonne Nouvelle) « Welcome to the Age of Un-Innocence » : Sex and the City et les logiques de production d’une franchise

Jeudi 19 février 2015 : Claire Parfait (PR, Paris Nord) Le feuilleton littéraire américain, une perspective comparatiste

Jeudi 19 mars 2015 : Haude Etienne (Doctorante, Sorbonne Nouvelle) Call of Duty et Medal of Honor : Les jeux vidéo comme révélateurs socio-culturels

Jeudi 16 avril 2015 : David Peyron (Docteur en Sciences de l’information, auteur de Culture Geek)

Nous espérons vous voir nombreux !

Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter @ExpSrielles

Mardi 17 juin—Pierre-Louis Patoine (MCF, Sorbonne Nouvelle) : Expérience sérielle et habitation vidéoludique

Nous espérons vous voir nombreux lors de la deuxième séance du séminaire qui aura lieu le 17 juin 2014, à partir de 17h à l’Institut du Monde Anglophone (5, rue de l’Ecole de Médecine, Paris 6), s.33.

La séance est animée par Laurent Jullier (Professeur d’études cinématographiques à l’Université de Lorraine et directeur de recherches à l’IRCAV de la Sorbonne Nouvelle)

Vous trouverez ci-dessous le texte de présentation de Pierre-Louis Patoine

Expérience sérielle et habitation vidéoludique

« Naviguant entre tradition et innovation, entre recyclage des normes (stylistiques, narratives, génériques) et écarts face à celles-ci, la série est un mode d’organisation du texte qui joue de manière importante sur la formation d’habitudes interprétatives. On peut notamment penser que l’expérience du texte sériel laisse une large part aux effets d’amorçage (priming). Partie intégrante du dispositif expérimental de la psychologie cognitive, l’amorçage désigne l’influence d’un premier stimulus sur le traitement d’un second. Par ses effets d’amorçage, la série favoriserait une lecture/spectature fluide qui, étant moins exigeante au niveau cognitif, permet d’allouer davantage de ressources attentionnelles à des éléments secondaires du récit, par exemple à son arrière-plan géographique et climatologique, à ses paysages. Cette place laissée à des éléments esthétiques non-utiles à une stricte compréhension du récit et de ses enchaînements causaux semble favoriser l’immersion et le transport. C’est du moins une hypothèse que je voudrais explorer en examinant, entre autres, les corrélats neuraux de l’immersion.

À partir de ce questionnement sur l’amorçage et l’immersion, il est possible de penser la série comme habitat. Par son étendue et sa longueur, la série permet de vivre un nombre d’heures considérable absorbé dans un monde secondaire. On peut parler, à ce titre, d’une relation habitationnelle, d’un habitat construit par le contact répété avec les formes de l’univers fictionnel, contact générant des habitudes interprétatives et des manières d’exister.

J’aimerais réfléchir autour de ces questions en me penchant sur le diptyque vidéoludique que forment les jeux Final Fantasy X et sa suite directe Final Fantasy X-2, parus en 2007 et réédités en 2014 en version remasterisée. J’argumenterai que le succès de FFX-2 repose en partie sur le plaisir de parcourir à nouveau le monde fictionnel de Spira, d’y « re-déménager » pour une soixantaine d’heure.

Initiée en 1987 avec le titre éponyme, la série des Final Fantasy peut sans aucun doute être considérée comme l’une des plus importantes franchises de l’industrie vidéoludique (ayant vendu plus de cent millions de copies, aux côtés de Super Mario, The Sims et autres Grand Theft Auto). La suite FFX / FFX-2 s’inscrit donc dans un longue série, qui recycle de nombreux éléments d’un opus à l’autre (personnages, éléments de gameplay, esthétiques). Ce recylage joue également un rôle dans l’habitation du monde fictionnel de Spira, à laquelle nous nous intéresserons.

C’est donc toute la relation entre l’expérience sérielle, l’immersion et la question de l’habitat que je voudrais explorer ici, à travers une analyse de ces deux jeux nourrie par quelques références neuroscientifiques, phénoménologiques, biosémiotiques, en théorie des média et de la littérature. »

0264, 309,0,410,256,421,1302,101

Séance inaugurale

« Création de Mondes gigognes et de récits en cascade dans les parcs Disney. »- Thibaut Clément2014-04-22 Photo 12014-04-22 Photo 2

Quelques remarques épistémologiques – Divina Frau-Meigs
2014-04-22 Photo 3

Merci à tous ceux qui ont assisté à la première séance du séminaire Expériences Sérielles et aux twittos qui ont contribué au débat. Nous vous donnons rendez-vous le 17 juin pour une deuxième séance.

Première séance du séminaire le 22 avril

La première réunion du groupe de recherche « Expériences sérielles » aura lieu

le mardi 22 avril à 17h00

en salle 33 de l’Institut du Monde Anglophone

(5, rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris)

Cette séance introductive s’ouvrira sur une présentation de Thibaut Clément (Université Paris Sorbonne) sur la « Création de Mondes gigognes et de récits en cascade dans les parcs Disney. »

S’en suivra une discussion par Divina Frau-Meigs (Université Sorbonne Nouvelle) sur quelques-uns des enjeux épistémologiques entourant la question des  « expériences sérielles. »

Nous espérons vous voir nombreux lors de cette première séance !

Les séances sont ouvertes à tous, et nous invitons les enseignants-chercheurs et doctorants qui souhaiteraient y participer (ou s’inscrire sur notre liste de diffusion) à contacter Julie Gueguen (julie.gueguen@etud.sorbonne-nouvelle.fr) ou Haude Etienne (haude.etienne@gmail.com). 

Expériences sérielles

Nous avons le plaisir de vous annoncer la création d’un groupe de travail

«  Expériences sérielles dans une perspective transatlantique :

productions, réceptions, circulations »

à l’université de la Sorbonne Nouvelle, dans le cadre de l’axe 2  « information, médias et représentations » de l’équipe d’accueil CREW (centre de recherche sur les mondes anglophones) EA 4399.

Ce groupe se réunira régulièrement autour de lectures et de présentations de travaux de recherche liés à la notion de sérialité dans un contexte spécifiquement américain ou britannique. S’adressant aux chercheurs de toutes disciplines, ce séminaire entend questionner la production d’objets médiatiques sériels dans l’espace anglophone, à toutes époques et sur tous supports, dans le domaine aussi bien de la production audiovisuelle et cinématographique que des arts plastiques, de la littérature, du vidéoludisme, etc. Ce séminaire fait de la sérialité une pratique et une expérience culturellement situées et entend donc interroger cette notion dans une perspective conjointement civilisationniste et sociocognitive.